La récup’ c’est leur truc

Des meubles fabriqués à partir de vieux skateboards, des lampes décoratives réalisées avec des pots en verre, des voitures miniatures faites en canettes, des vêtements usés détournés en sac à main, quel que soit le nom qu’on lui donne – Recup’Art, Créa’Récup ou encore Upcycling -, la récup’ est aujourd’hui à la mode et ses pratiques fleurissent dans les magazines de décoration, les émissions télé de bricolage, les musées et les galeries d’art. Les consommateurs s’enthousiasment aussi pour la récup’ fabriquant toutes sortes de choses plus ou moins artistiques, plus ou moins utiles.

Un exemple de récup' : un vinyle transformé en saladier.

Un exemple de récup’ : un vinyle transformé en saladier.

Au cœur des communautés virtuelles de la récup’

Internet et les communautés virtuelles ont largement contribué au succès de ce phénomène. En immersion pendant 12 mois au cœur des communautés virtuelles de la récup, les auteurs d’une étude, publiée dans le volume 29/3 de la revue Recherche et Applications en Marketing, dressent un profil des adeptes de la récup’.

Cette étude a permis de distinguer trois profils.

  • Les maîtres : « je ne jette jamais, je récupère et j’explique comment je fais ». Ce sont des récupérateurs experts et passionnés qui réalisent beaucoup d’objets à partir de déchets et rebuts et qui échangent énormément sur leurs pratiques ;
  • Les courtisans : « j’essaie de ne pas jeter, mais… ». Les courtisans-apprentis approuvent la démarche tout en se situant comme des amateurs plus ou moins dilettantes ; ils parlent beaucoup, mais peu de choses sont dites sur leurs réalisations.
  • Les courtisans-sympathisants sont uniquement dans le discours ; ils ne récupèrent pas eux-mêmes mais approuvent les maîtres. Ils sont par contre les plus grands orateurs au niveau de la propagande pro-récup’.

Internet ou la récupération idéologique de la récup’

La récup’ peut être considérée comme un acte d’évitement de la sphère marchande, un acte volontaire permettant de réduire les déchets et une façon de lutter contre le gaspillage. Ce discours est largement repris au sein des communautés virtuelles – sites, blogs, forums et autres tutoriels –. Mais en quoi la récup’ serait, au-delà des discours des internautes, une pratique durable ?

Si la récup’ est perçue par ses adeptes comme un pilier du développement durable, l’étude révèle un décalage important entre le discours (la récupération idéologique) et les pratiques concrètes (la démarche de récupération). Certains pseudo-adeptes de la récup’ utilisent parfois davantage de matériaux neufs que d’objets usés dans leurs créations, d’autres ont recours à des colles fortes peu écologiques ou créent un business autour de la récup’. La récup’ perd alors son caractère authentique.

Référence : Mani Zied et Cova Véronique (2014), La question de la durabilité de la récup’ à travers le prisme d’Internet, Recherche et Applications en Marketing, Numéro spécial Marketing et Développement Durable, Vol 29, N°3, p. 56-73

A propos Catherine Viot

Professeur, Université Claude Bernard Lyon 1 - Département Techniques de Commercialisation
Cet article, publié dans Consommation, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour La récup’ c’est leur truc

  1. Zied dit :

    Merci pour l’article.
    Comme dans beaucoup de domaines, le net modifie considérablement le comportement du consommateur. En même temps internet a permis de redonner vie à la récup’.

    J'aime

    • Je partage l’idée que c’est davantage un renouveau qu’une révolution. Il y a cependant une différence majeure, c’est qu’aujourd’hui, la récup’ c’est devenu tendance. Des bars et restaurants branchés surfent sur la vague de la récup’ pour leur décoration : cela va du bahut de nos grand-mères aux chaises et à la vaisselle de cantine…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s