« Dans ton coude, tousser tu devras » : plongée au coeur des dynamiques de légitimation des pratiques d’hygiène corporelle en France

Ces derniers temps, nous avons appris à nous laver les mains comme de vrais professionnels et nous ne regarderons plus jamais de la même manière quelqu’un qui éternue ailleurs que dans son coude… Un apprentissage de nouveaux gestes qui a dû se faire rapidement et a mobilisé de nombreux relais : l’Etat, les collectivités, les médecins des hôpitaux et des villes, les personnels enseignant et de santé jusqu’aux influenceurs et influenceuses des réseaux sociaux. De nombreux acteurs, qui, dans les termes de la théorie néo-institutionnelle, se qualifient d’entrepreneurs institutionnels et qui travaillent à la légitimation de nouvelles pratiques et normes d’hygiène.

Retour aux sources…

Pour mieux comprendre quelles dynamiques de redéfinition de l’hygiène sont à l’œuvre au temps du covid, faites un pas en arrière et plongez-vous dans la recherche historique menée par Anthony Galluzzo et Hélène Gorge à propos de la légitimation de l’hygiène corporelle au cours du 20e siècle. Ces auteurs dévoilent, en se fondant sur un corpus varié et une analyse historique sur une période de 100 ans, les stratégies de légitimation de l’hygiène corporelle en France mises en place par une diversité d’acteurs tels que les entreprises, les écoles, les médias et les communautés scientifiques.

Diversité d’acteurs et de messages…

L’intérêt de cet article qui contribue à une littérature déjà riche sur la légitimation est la manière dont les auteurs montrent une diversité de positionnements de la part de ces acteurs, en particulier les entreprises et comment ces stratégies se répondent. Ainsi, les nouvelles définitions de l’hygiène sont le fruit d’actions coordonnées mais nuancées où chaque acteur agit en fonction de ses positions et de ses ressources. Outre l’intérêt de la méthodologie de type historique, les auteurs apportent de la précision aux dynamiques de légitimation en abordant la notion de distribution des ressources dans la construction des nouvelles définitions de l’hygiène.

Et vous, vous bénéficiez aussi de l’hygiène moderne à la maison ?

… et impact des normes culturelles

Cette recherche nous rappelle à quel point l’hygiène est une norme culturelle et sociale, et que ses représentations ont été considérablement influencées par le travail des entreprises au travers des publicités notamment, qui sont venus compléter le travail d’autres entrepreneurs institutionnels. Plus que le manque d’installations sanitaires, ce sont surtout les changements de normes culturelles qui ont poussé les gens à se laver, à utiliser des produits d’hygiène, à ne plus craindre l’eau.

Cette recherche résonne particulièrement en ces temps d’incertitude sanitaire et sociale et vous permettra d’avoir un regard plus aiguisé sur les discours et actions qui sont mises en place pour nous amener à adopter, perdre ou simplement modifier certaines habitudes d’hygiène.

Galluzzo A. et Gorge H. (2020), Entrepreneurs institutionnels et stratégies de légitimation. Le cas de l’hygiène corporelle en France de 1880 à 1980, Recherche et Applications en Marketing, à paraitre.

Cet article, publié dans Communication, Divers, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s